Modèles de montée en température



Lors de nombreuses opérations de production, des phénomènes de montée en température peuvent être observés :

  • Soit par chauffage volontaire des installations (chauffage de produits dans le cas de certaines fabrications),
  • Soit par échauffement progressif dû à l'opération (opération de mélange à grande vitesse, broyage, réactions exothermiques, etc…).

Lorsqu'un réservoir contenant un liquide volatil et un gaz non condensable (air par exemple) subit une augmentation de température à pression constante, la phase gaz se dilate et une partie de la vapeur présente dans le réservoir est alors émise à l'atmosphère.

En parallèle, et au fur et à mesure de l'augmentation de température, la pression de vapeur saturante du liquide volatil augmente.

Envmodels met à votre disposition deux modèles standards de calculs permettant de déterminer les émissions à l'atmosphère, du fait de la dilatation du ciel gazeux, lors de ces montées en température :

  • Modèle d'échauffement plutôt adapté à de faibles augmentations de température,
  • Modèle de chauffage à utiliser si l'augmentation de température est plus importante et si la température finale se rapproche du point d'ébullition (sans pour autant l'atteindre).

Ces deux modèles donnent des résultats similaires tant que l'augmentation de température est faible et que la température finale du système reste très inférieure à la température d'ébullition du liquide. Les écarts des résultats de calcul augmentent lorsque la température finale s'approche du point d'ébullition (dans ce cas l'utilisation du modèle de chauffage est préférable).

Les hypothèses considérées pour l'application de ces modèles sont les suivantes :

  • Les installations sont fermées lors des montées en température, mais les vapeurs peuvent être émises à l'atmosphère (à l'aide d'un évent ou d'une soupape par exemple), aucune extraction forcée n'est réalisée sur l'installation,
  • Aucun produit n'est ajouté dans l'installation durant l'opération,
  • Les gaz émis à l'atmosphère sont saturés en vapeurs de solvant, considérées à l'équilibre avec la phase liquide,
  • La pression totale dans l'installation reste constante et égale à la pression atmosphérique,
  • La pression de vapeur totale des solvants reste inférieure à la pression atmosphérique (la température d'ébullition du liquide n'est jamais atteinte).



Environmental Models
Your online calculation tool
Copyright © 2017
Powered by